06/02/2013

Friend… un cheval qui s’ennuie

Friend.jpg

J’ai récemment été contacté par un monsieur qui se demandait si le cheval qu’il avait « offert » à sa jeune fille était heureux… En fait, intuitivement, il sentait que quelque chose n’allait pas car la jeune fille en question ne se rend que rarement auprès de son ami à quatre jambes (sans doute était-ce un caprice de la part de l’enfant, comme bien souvent… mais je me garderai de porter un jugement…). A ce sujet, il serait bon de responsabiliser nos enfants lorsqu’ils désirent la compagnie d’un animal (chat, chien, cheval, furet, etc). Nous ne le répéterons jamais assez, un animal n’est pas un jouet que l’on prend puis que l’on délaisse comme une peluche. C’est un être vivant ayant besoin d’attention, d’amour et de soins. Un animal est un être qui pense, qui a des émotions, qui peut ressentir tout ce que nous, humains,  ressentons… C’est à nous, parents, d’inculquer cette notion de responsabilité à nos enfants…

Pour en revenir à Friend,  celui-ci est actuellement en pension, loin du domicile de l’enfant et bien que bénéficiant de bons soins, il ne sort guère en prairie, ce qui me paraît une aberration, mais je ne suis pas spécialiste en chevaux...

J’ai donc contacté Friend. C’est un cheval triste et angoissé qui m’a parlé… Voici ce qu’il me dit dans ce contact très émouvant :

Friend arrive très vite, il semble nerveux et est assez remuant. Il paraît savoir que je vais dialoguer avec lui alors que c'est la première fois pour lui, je crois. Le cheval est agité et en même temps confiant.

 

Vincent : Bonjour Friend. Je m'appelle Vincent et je viens te voir de la part de X, le papa de ta gardienne Y.

> fort ressenti d'abandon, de solitude, d'ennui, d'angoisse, de tristesse.

> sentiment d'inutilité,  Friend se demande ce qu'il fait là, à quoi il "sert", à qui il "sert"…

> forte angoisse quant au lendemain …

> ressenti que le cheval a déjà été déplacé plusieurs fois et que cela crée de l'angoisse chez lui car il ne sait jamais à quoi s'attendre…

Vincent : Friend, X m'a demandé de te poser deux questions. Voici la première : que penses-tu des endroits où tu as déjà été placé avant d'être là où tu te trouves maintenant?

> sensation de "rien de terrible", toujours devoir se réhabituer avec de nouveaux chevaux, de nouvelles personnes, ensuite toujours les quitter, toujours angoissé, jamais sûr, pas d'amour, pas d'amour comme Friend voudrait, toujours des nouvelles têtes, des gens parfois rudes, pressés, stressés et stressants, en ballotage tout le temps.

> très fort ressenti que Friend souffre énormément de tout cela.

Vincent : Friend,  X demande ce que tu penses de l'idée d'aller dans un endroit où tu serais régulièrement monté, où tu sortirais plus souvent de ton box, et où tu travaillerais et ferais des exercices.

> ressenti d'angoisse, peur de l'inconnu, de devoir encore se réhabituer à autre chose, peur des gens qui pourraient être durs avec lui, peur de la brutalité. Friend veut bien travailler, mais il faut être doux et gentil avec lui.

> Friend aspire à une vie calme, tranquille, rassurante. Il a besoin d'un amour continu des mêmes personnes.

> Friend est nostalgique de son ancien pays, il me montre plusieurs fois un pré dans lequel il y a un autre cheval avec qui il s'entendait parfaitement. Il ne sait pas très bien pourquoi il est venu ici.

> Friend a aussi très peur d'être vendu.

Vincent : Friend, X a été te chercher en France pour sa fille Y. Ils t'aiment tous les deux, même s'ils ne sont pas assez présents comme tu voudrais.

> forte sensation de tristesse. Friend ne sait plus quoi penser…

Vincent : Friend, X va faire ce qu'il faut pour que ton avenir soit heureux. Il t'aime et Y t'aime aussi.

> ressenti d'une peur d'être à nouveau déçu, peur mêlée à de l'espoir, Friend aspire à être bien, heureux, aimé.

Vincent : Friend, je t'aime et je t'assure que personne ne t'oublie. Je vais te prodiguer un beau soin d'Amour-Lumière dès la fin de ce contact. Je te remercie pour cette communication que je vais transmettre à X… Sois confiant, tout va bien se passer. A bientôt Friend !

 

19:08 Publié dans Comprendre nos animaux | Tags : cheval, communication avec un cheval | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | | Digg! Digg

24/01/2013

Des excréments en guise de protestation !

 

En général, nos toutous et nos minous mettent un point d’honneur à « faire leurs besoins » lors de leurs promenades ou sorties quotidiennes ou, pour les minous d’intérieur, dans leur bac à litière. Lorsqu’ils ont été éduqués à la propreté, il n’y a en général aucun souci et certains chiens sont capables de se retenir souvent durant plusieurs heures avant d’aller se soulager dehors lorsque leur gardien revient à la maison le soir.

Il arrive parfois des petits accidents qui sont souvent dus à la maladie (problèmes de prostate, de reins, incontinence due à la vieillesse, etc) mais lorsqu’un chien ou un chat dépose délibérément ses excréments en dehors de la litière ou dans un endroit inhabituel ou « défendu », il y a lieu de se poser la question de savoir s’il n’essaie pas, par ce comportement incongru, de faire passer un message à son ou ses gardiens.

J’ai eu plusieurs demandes de communication émanant de propriétaires ne sachant plus à quel saint se vouer depuis que leur chat avait décidé de faire pipi sur le carrelage de la cuisine voire même sur le lit alors que la litière lui était parfaitement accessible (et dans un état manifeste de propreté, évidemment). A chaque fois, l’animal voulait faire passer un message à son gardien et ne trouvait d’autre moyen que « d’alerter » celui-ci par son comportement inhabituel et dérangeant.

Récemment, on m’a contacté pour un magnifique bouvier des Flandres, nommé Paprika et qui s’était mis à faire ses besoins sur la terrasse (endroit défendu) alors qu’il avait accès à une immense pelouse juste en contrebas de la fameuse terrasse. Cette magnifique chienne vivait en compagnie d’un autre chien qui lui, n’avait aucun problème comportemental. Je suis entré en contact avec Paprika qui m’a expliqué qu’elle faisait ses besoins sur la terrasse en guise de protestation à l’égard de son gardien parce que celui-ci ne l’emmenait jamais en promenade.

 

bouvier des Flandres.jpg

Voici un extrait de notre conversation :

« Vincent : Paprika, comment vas-tu?

> sensation d'ennui, de lassitude, elle aimerait aller promener au-delà du jardin en compagnie de l'être humain, envie d'explorer le monde autour d'elle. Heureusement qu'il y a son compagnon chien.

> ressenti que le chien a l'impression d'être délaissé. Paprika aimerait qu'on lui entretienne mieux le visage, notamment le pourtour des yeux pour être plus à l'aise…

Vincent : Paprika, es-tu heureuse avec ton copain chien?

> Oui, ressenti que oui. Sans lui, ce serait la grosse déprime. Paprika a besoin d'attention, qu'on s'occupe d'elle.

Vincent : Paprika, ton gardien  voudrait savoir pourquoi tu fais tes besoins sur la terrasse.

> sensation de protestation, Paprika agit ainsi pour faire remarquer sa présence, pour montrer que pour faire ses besoins plus loin, il faut aller la promener. Ressenti profond d'un besoin de sentir des odeurs différentes, de découvrir. En urinant sur la terrasse, elle tente de rappeler que c'est l'heure d'aller promener…

> sensation d'être là pour "boucher un trou", Paprika se demande si elle compte vraiment, si elle est aimée pour elle-même…

> elle urine sur la terrasse pour signaler et/ou rappeler sa présence afin que son gardien la remarque, qu'il prête plus attention à elle.

Vincent : Paprika, as-tu quelque chose de particulier à dire à X?

> ressenti d'amour pour son gardien, sensation qu'elle le considère comme un homme bon mais qui n'est pas assez attentif à elle, et pas aussi présent qu'elle le souhaite.

> sensation d'envie que son gardien passe plus de temps avec elle et son compagnon chien…

 

J’ai évidemment transmis immédiatement ce message au propriétaire qui, malgré son emploi du temps très chargé, a décidé d’emmener ses deux chiens en promenade… Nul doute que Paprika va apprécier  et « cesser » ses « protestations odorantes »….

 

18:37 Publié dans Comprendre nos animaux | Tags : communication avec les animaux, protestation, comportement | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | | Pin it! | | | Digg! Digg

24/12/2012

Lorsque la communication animalière aide à résoudre un problème du quotidien…

012.JPG

 

Depuis que nous avions déménagé, notre chat Zéphyr ne « faisait » plus ses griffes sur le grattoir spécial mis à sa disposition. Rien n’y faisait, même le fait de déplacer le griffoir près de son panier ou près de sa litière (comme dans la maison précédente) ne l’incitait à gratter. Au contraire, il avait pris l’habitude de « labourer » son coussin si bien que celui-ci était dans un piteux état, lacéré de toutes parts.  Inutile de dire également que les griffes, jadis bien entretenues, poussaient et nous étions résolus à faire appel au vétérinaire pour les couper. Nous n’avions cependant pas dit notre dernier mot et Vincent entra en communication avec Zéphyr pour essayer de comprendre ce qui se passait. Voici le résultat de sa communication :

Voici donc, traduite en mes mots, la communication établie ce 24 décembre avec notre chat Zéphyr.

Zéphyr ne manifeste pas (en apparence du moins) de sentiments ou d’émotions particulières. Mais il est présent tout de suite et très attentif. Il va sans dire qu’il me reconnait immédiatement.

Comme à son habitude, Zéphyr n’est pas très loquace, mais nous allons voir à la fin de ce petit compte-rendu, que ce ne sont pas toujours les longs discours qui en disent le plus.

Vincent : bonjour mon Loulou. Je viens te voir à nouveau pour te parler de ton griffoir. (nous en avions déjà parlé lors d’un contact précédent)

> pas de sensation, ni de ressenti.

Vincent : nous avons remarqué que tu continues à patiner sur ton coussin, que tu déchires sans pour autant user tes griffes comme il le faudrait.

> pas de ressenti...

Vincent : que se passe-t-il avec le griffoir? Je l’ai placé près de ton panier et tu ne veux pas t’en servir alors que tu le connais.

> après plusieurs secondes d’attente, je reçois l’image de la petite enfance de Zéphyr. A l’époque, le griffoir était installé juste à côté de ses gamelles d’eau et de nourriture. (ce qui est difficile dans notre cuisine actuelle)

> une deuxième image concernant notre dernière demeure me rappelle que là aussi le griffoir était installé dans le même pièce que les gamelles, sans pour autant être à proximité de celles-ci.

> fort ressenti de perturbation par rapport à cela, sensation d’incompréhension...Zéphyr a fait une fois l’effort de s’adapter, puis maintenant il faut recommencer dans une autre maison et il ne sait plus ce qu’il doit faire...

Vincent : ok, j’ai reçu le message “cinq sur cinq”. Tu souhaites que je replace le griffoir près de tes gamelles. Il n’y a pas beaucoup de place mais je vais essayer, pour un moment du moins...

> sensation que si le griffoir est placé là (c’est-à-dire si le décors ressemble à celui qu’il a connu petit), Zéphyr acceptera d’user ses griffes dessus.

Vincent : merci Zéphyr pour cette conversation.

 griffoir.jpg

La communication a été faite ce matin et…Cet après-midi, alors que nous rentrions d’une visite à une personne âgée, quelle ne fut pas notre surprise de voir Zéphyr se diriger vers son bol de croquettes puis directement après  faire à nouveau ses griffes, comme par le passé….

Voilà encore un exemple où la communication animalière peur arranger un petit problème du quotidien !

 

18:49 Publié dans Comprendre nos animaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | | Digg! Digg