06/02/2013

Friend… un cheval qui s’ennuie

Friend.jpg

J’ai récemment été contacté par un monsieur qui se demandait si le cheval qu’il avait « offert » à sa jeune fille était heureux… En fait, intuitivement, il sentait que quelque chose n’allait pas car la jeune fille en question ne se rend que rarement auprès de son ami à quatre jambes (sans doute était-ce un caprice de la part de l’enfant, comme bien souvent… mais je me garderai de porter un jugement…). A ce sujet, il serait bon de responsabiliser nos enfants lorsqu’ils désirent la compagnie d’un animal (chat, chien, cheval, furet, etc). Nous ne le répéterons jamais assez, un animal n’est pas un jouet que l’on prend puis que l’on délaisse comme une peluche. C’est un être vivant ayant besoin d’attention, d’amour et de soins. Un animal est un être qui pense, qui a des émotions, qui peut ressentir tout ce que nous, humains,  ressentons… C’est à nous, parents, d’inculquer cette notion de responsabilité à nos enfants…

Pour en revenir à Friend,  celui-ci est actuellement en pension, loin du domicile de l’enfant et bien que bénéficiant de bons soins, il ne sort guère en prairie, ce qui me paraît une aberration, mais je ne suis pas spécialiste en chevaux...

J’ai donc contacté Friend. C’est un cheval triste et angoissé qui m’a parlé… Voici ce qu’il me dit dans ce contact très émouvant :

Friend arrive très vite, il semble nerveux et est assez remuant. Il paraît savoir que je vais dialoguer avec lui alors que c'est la première fois pour lui, je crois. Le cheval est agité et en même temps confiant.

 

Vincent : Bonjour Friend. Je m'appelle Vincent et je viens te voir de la part de X, le papa de ta gardienne Y.

> fort ressenti d'abandon, de solitude, d'ennui, d'angoisse, de tristesse.

> sentiment d'inutilité,  Friend se demande ce qu'il fait là, à quoi il "sert", à qui il "sert"…

> forte angoisse quant au lendemain …

> ressenti que le cheval a déjà été déplacé plusieurs fois et que cela crée de l'angoisse chez lui car il ne sait jamais à quoi s'attendre…

Vincent : Friend, X m'a demandé de te poser deux questions. Voici la première : que penses-tu des endroits où tu as déjà été placé avant d'être là où tu te trouves maintenant?

> sensation de "rien de terrible", toujours devoir se réhabituer avec de nouveaux chevaux, de nouvelles personnes, ensuite toujours les quitter, toujours angoissé, jamais sûr, pas d'amour, pas d'amour comme Friend voudrait, toujours des nouvelles têtes, des gens parfois rudes, pressés, stressés et stressants, en ballotage tout le temps.

> très fort ressenti que Friend souffre énormément de tout cela.

Vincent : Friend,  X demande ce que tu penses de l'idée d'aller dans un endroit où tu serais régulièrement monté, où tu sortirais plus souvent de ton box, et où tu travaillerais et ferais des exercices.

> ressenti d'angoisse, peur de l'inconnu, de devoir encore se réhabituer à autre chose, peur des gens qui pourraient être durs avec lui, peur de la brutalité. Friend veut bien travailler, mais il faut être doux et gentil avec lui.

> Friend aspire à une vie calme, tranquille, rassurante. Il a besoin d'un amour continu des mêmes personnes.

> Friend est nostalgique de son ancien pays, il me montre plusieurs fois un pré dans lequel il y a un autre cheval avec qui il s'entendait parfaitement. Il ne sait pas très bien pourquoi il est venu ici.

> Friend a aussi très peur d'être vendu.

Vincent : Friend, X a été te chercher en France pour sa fille Y. Ils t'aiment tous les deux, même s'ils ne sont pas assez présents comme tu voudrais.

> forte sensation de tristesse. Friend ne sait plus quoi penser…

Vincent : Friend, X va faire ce qu'il faut pour que ton avenir soit heureux. Il t'aime et Y t'aime aussi.

> ressenti d'une peur d'être à nouveau déçu, peur mêlée à de l'espoir, Friend aspire à être bien, heureux, aimé.

Vincent : Friend, je t'aime et je t'assure que personne ne t'oublie. Je vais te prodiguer un beau soin d'Amour-Lumière dès la fin de ce contact. Je te remercie pour cette communication que je vais transmettre à X… Sois confiant, tout va bien se passer. A bientôt Friend !

 

19:08 Publié dans Comprendre nos animaux | Tags : cheval, communication avec un cheval | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | | Pin it! | | | Digg! Digg

04/02/2013

Jolie petite Manon… si sereine face à l’inéluctable !

manon.jpg

Les animaux ont décidément tant de choses à nous apprendre et chaque jour ils nous donnent de si belles leçons de vie, en toute humilité.

Dans notre pratique quotidienne, nous rencontrons des animaux en fin de vie, atteints de maladies incurables pour lesquels leurs gardiens nous demandent une communication. Ceux-ci veulent connaître l’opinion de leur protégé face à la terrible décision d’euthanasie. Soucieux avant tout du bien-être de leur animal, ils se trouvent bien souvent devant un choix extrêmement difficile : soit faciliter le « passage » de l’animal avec tous les moyens que la médecine met en œuvre, soit laisser faire le temps et le destin et « permettre » ainsi à leur protégé de vivre cette dernière épreuve qu’est la mort ‘avec d’éventuelles souffrances selon les cas). Chaque cas est particulier et unique et il est difficile de tirer des conclusions générales sur l’attitude à adopter lorsque nous nous trouvons face à un animal en fin de vie. Dans tous les cas et lorsque cela est possible (lorsqu’il y a une décision urgente à prendre, il convient toujours d’agir avec son cœur), il serait judicieux de demander son avis au principal intéressé comme l’a fait récemment Caty par rapport à Manon, une jolie chatte très âgée souffrant d’un mal incurable.

Voici un large extrait du contact que Vincent a réalisé avec cette chatte extraordinaire de calme et de sérénité face à son départ (merci à Caty de nous avoir autorisés à reproduire ce contact qui peut éclairer nombre de gardiens dans le même cas) :

Vincent : bonjour Manon. Je m’appelle Vincent et je viens te voir de la part de Cathy, la fille de ta gardienne.

> Autour de Manon il flotte une atmosphère “automnale” de fin de vie mais très sereine, on sent que les “choses” arrivent tout doucement à leur terme, les marches de l’au-delà sont visibles sans pour autant être déjà très proches..., mais la sensation que le bout du chemin approche est bien là et il ne sera bientôt plus possible de reporter le départ (ou plutôt le retour à la Maison). Ressenti d’une forme de lassitude, les “choses” sont faites, le “contrat” a été rempli... Manon est parfaitement consciente qu’elle est en fin de vie “terrestre”...

Vincent : Manon, comment te sens-tu, comment vas-tu ?

> Manon ressent fortement la tristesse autour d’elle, elle-même n’est pas mal dans sa tête, elle sait que ses missions sont presque accomplies, elle est sereine par rapport à cela. La tristesse qu’elle éprouve vient de la souffrance de ses proches à l’idée de la séparation. Elle sait que sa gardienne et les personnes qui s’en occupent redoutent le moment du départ, redoutent de la voir mourir. Il y a maintenant une atmosphère de tristesse dans la maison, on est en attente de l’inéluctable.

> Fort ressenti que Manon ne souhaite pas que ses proches soient tristes.

> Ressenti qu’il reste encore des forces à Manon (difficilement quantifiables), que la fin n’est peut-être pas encore si proche...

> Forte sensation de merci à l'attention de la maman de Cathy pour toutes ces années partagées ensemble, côte à côte. Manon à le sentiment d’avoir mené sa mission à bien auprès de dette personne

…./…

…/…

 

 

Vincent : Manon, es-tu prête à franchir le voile qui nous sépare de l’autre monde, es-tu prête à retourner à la Maison ?

> De nouveau, sensation nette que le travail ici est accompli, ressenti d’une grande sérénité par rapport au départ (qui n’est en fait qu’un retour), d’une grande sagesse, de calme.

> Mais, ressenti d’une peur de souffrir, sensation d’étouffement qui pourrait conduire à la panique.

> Manon est sereine devant la mort, mais elle est angoissée par rapport à une certaine détresse respiratoire, son mental galope alors et n’arrange pas les choses ...

Vincent : Manon, lorsque le moment sera venu, souhaites-tu être euthanasiée par piqure ou préfères-tu partir naturellement chez toi ?

> Sensation d’un fort souhait de ne pas mourir “étouffée”, elle préfère partir chez elle, mais pas dans les souffrances. Si ces souffrances vont trop loin, Manon souhaiterait alors l’euthanasie, mais elle aimerait que cela se passe chez elle, à la maison.

Vincent : petite Manon, j’ai une dernière question à te poser. As-tu quelque chose de particulier à dire à ta gardienne, ou à Cathy et à son compagnon ?

> Ressenti que Manon souhaite que ses proches adoptent une attitude positive, confiante par rapport à son départ, ne pas la retenir de force par la tristesse (bien compréhensible et normale cependant). La mort n’est qu’une porte à franchir, pas celle d’un départ, mais celle d’un retour. Manon attendra ceux qu’elle aime et sera toujours à leurs côtés.

> Ressenti d’un amour profond, authentique pour ses proches. Manon souhaite partir dans un climat serein, entourée de personnes qui ont compris les “choses”...

Vincent : merci Manon pour cette belle conversation. Je transmets tout cela à Cathy. Peut-être nous reverrons-nous un de ces jours après ton départ, puisqu’il est bien sûr possible d’entrer en contact avec les animaux décédés comme nous venons de procéder aujourd’hui. Je t’aime. A bientôt.

 

Ce contact très émouvant nous montre bien que les animaux en fin de vie comprennent que leur tâche est terminée. La plupart d’entre eux sont sereins face à l’échéance. Ils nous demandent de ne pas être tristes de leur départ qui s’inscrit de toute façon dans l’ordre des choses, comme pour nous les humains. Manon redoute cependant les souffrances et c’est bien normal. Elle demande alors à être euthanasiée si celles-ci sont trop présentes mais elle aimerait être euthanasiée chez elle, entourée de ses proches… Petite Manon, tu seras entendue, sois-en assurée !

 

 

18:27 Publié dans Les animaux en fin de vie | Tags : animal en fin de vie, euthanasie, souffrance animale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | | Pin it! | | | Digg! Digg